Mes bonnes résolutions de la rentrée !

escalier.chateau.larochefoucaultAprès la pause estivale, qui commence à dater un peu, j’ai pris de bonnes résolutions, comme certains, je suppose. Comme à mon habitude, quelques décisions drastiques se sont imposées, mais on ne se refait pas – j’ai décidé d’accepter mes défauts, le problème c’est que les autres ne les acceptent pas toujours…-, et j’ai fait le point sur mon objectif professionnel de réintégrer le salariat,  qui piétine depuis avant la fin de l’été. Il aura donc duré huit mois en gros, c’est peu…

Au niveau professionnel

1. Pour être à peu près crédible, et ne pas trop effrayer le chaland, j’ai écrit sur mes profils réseaux « en repositionnement professionnel ». Ca fait propre et ça me laisse le temps de potasser deux trois pistes de… création d’entreprise (ben oui, ma bonne dame, y’a plus que ça qui fonctionne ou presque par ces temps de crise.) Juste un truc, si le Gouvernement pouvait calmer ses ardeurs fiscales, ça ferait du bien au moral des entrepreneurs.

2. Je mets entre parenthèses la démarche commerciale concernant le consulting en communication en Touraine. Trop déprimant. La recommandation fonctionnait toute seule dans le Nord. Ici, j’ai l’impression d’être incolore. Quant au métier en lui même, quand je l’ai démarré en 1992, on était plus en avance qu’ici sur certains aspects, c’est dire… Et le pire, c’est qu’y en a certains tourangeaux qui sont prompts à me donner des leçons en communication, alors que c’est pas leur métier. Je ne citerai pas de nom.

3. Je dis ma façon de penser aux indélicats qui me font des propositions de business fantaisistes, celles qui égrainent les réseaux sociaux et ma boite mail. Gagner le jackpot sans travailler, faut pas pousser. Idem pour les alléchantes pubs des écoles business parisiennes Bac +35, qui vous promettent des carrières mirifiques en déboursant pas moins de 15 000 euros pour suivre une année de cours. Avec mon DESS, même usagé (1990), j’ai pas envie de retourner sur les bancs de la fac (côté étudiant), même si c’est la mode. De toute façon, tous ces gens n’en veulent qu’à mes sous, et comme j’en n’ai pas…

4. J’ai viré tous mes CV des CVthèques, candidathèques, vidéothèques, honorothèques et tout le tintouinb ! De toute façon ça ne m’a rapporté, au mieux RIEN ; au pire, un patron de TPE qui pleure en m’expliquant qu’il va me payer au SMIC pour faire son boulot, parce qu’il faut réorganiser sa structure, et qu’il sait pas faire tout seul. (J’allais quand même pas rétorquer : « passez-moi les commandes ! » Véridique…)

5. J’ai gardé mes profils Viadéo et LinkedIn, mais ils sont en sursis. Ils ne le savent pas encore. Ils s’en fichent, et moi aussi. Par contre ça m’ennuie de rayer quelques potes de mon carnet d’adresses, rencontrés sur ces fameuses plates formes, au nombre d’une poignée, avec qui je ne ferai jamais de business et dont notre connivence n’a pas ce but… Donc je réfléchis. J’avoue humblement que c’est une exception à mes résolutions !

6. Arrêter de vouloir remettre mon destin professionnel entre les mains d’un futur potentiel employeur absolument pas décidé à m’embaucher. Le début de la sagesse ?

Dans ma vie personnelle

1. J’ai ressorti le CD de Laurie Michalowski que je branche tous les deux jours sur le lecteur. Qui c’est celle là ? Une danseuse classique de haut niveau, formée au fitness à New York à l’école de Jane Fonda. C’est loin d’être une petite joueuse la dame. On comprendra que je parle… du sport ! A défaut de me muscler l’esprit, j’ai décidé de me (re)muscler les fessiers ! Je dois ce soudain regain d’intérêt pour les abdos fessiers aux ballades à VTT dans la campagne cet été, au cours desquelles, les muscles tétanisés par le moindre dénivelé de 1%, je posais pied à terre (du coup, j’ai pas mal marché à vrai dire pendant mes vacances).

2. J’ai décidé d’arrêter de me dire qu’il n’y a que des problèmes à résoudre dans la vie (même si cette affirmation reste vraie à 99%, pensons au 1% qui reste !). J’irai pas jusqu’à prôner la méthode Couet, mais on s’en rapproche.

3. Lire au moins trois livres passionnants dans l’année. Ceux qui vous tiennent en haleine à une heure avancée de la nuit. Si ça vous arrive, vous savez de quoi je parle, rien de mieux pour booster le moral et s’échapper du quotidien.

4. Ecrire pour le plaisir aussi, comme ici, et pas seulement parce que c’est utile pour sa notoriété numérique. Ca fait bien longtemps d’ailleurs que je n’en suis plus là…

Publicités

13 réflexions au sujet de « Mes bonnes résolutions de la rentrée ! »

  1. Bravo !
    Cela fait du bien d’entendre dire tout haut ce que tout le mode pense tout bas sur toutes ces fausses promesses des réseaux sociaux.
    Il faut se prendre en charge puisque les autres ne le feront pas, et garder le plaisir de faire ce que l’on aime !

  2. Bonjour,
    Je découvre votre billet par hasard et me retrouve dans certaines réflexions et plus particulièrement sur la difficulté de revenir dans le salariat après avoir été indépendant. Au plaisir d’échanger, …

  3. Ops…
    Moi aussi, je me retrouve dans ton texte…
    Par contre moi, je n’ai pas décidé encore d’être si sincère…… !!!!
    big kiss

  4. Bah ! Je pense que c’est pas vraiment une révolution de dire que les demandeurs d’emploi sont aussi et malheureusement la cible des escrocs du Web par exemple. Fausses offres d’emploi, faux rendez-vous, fausses identités d’employeurs, tout ça pour tenter de soutirer quelques euros sur le compte de ceux qui croient à l’impossible quand ils cherchent un job. On en parle, mais on ne l’écrit pas. Ben, moi j’ai décidé aussi de l’écrire ce truc là.

  5. Il est tard et même tard. Mon roman m’attend sur le bord de mon lit pour me permettre de m’évader d’un quotidien si ce n’est pas difficile disons assez grisaillon en ce moment. Faut dire aussi que les médias et les réseaux (notassiez que je ne les mets pas au même niveau) poussent un peu mémé, mon moral et celui de mes congénères dans les bosquets. Le tri des armoires et nécessaire comme disait nos grands-mères, le tri des carnets d’adresse et des profils aussi. Quand le salariat ne vous tend plus les bras, vous jugeant trop cher, démodé ou trop ridée reste l’entreprenariat oui mais là les conseils arrivent à tout va…il y a des virages plus faciles que d’autres à négocier celui de la rentrée en fait partie. Les réflexions sont saines, les fessiers en redressement musculaire et non judiciaire…je dirai « oh lo lo » vous êtes sur la bonne pente…ne lâchez pas la rampe. Vos mots sont beaux et vous aident certainement à extérioriser et partager vos maux. Mais sachez que vos maux sont les mots murmurés tout bas de beaucoup ici bas…. à vous lire (n’oubliez pas de respirer quand vous contractez vos fessiers, ça ouvre le diaphragme et favorise la circulation des idées ;-))
    Merci pour ce joli billet, Nancy

    1. Bonjour Nancy,
      Nous nous croisions de temps en temps sur FB, il fût un temps où je faisais partie d’une certaine communauté d’entrepreneurs individuels que j’ai lâchée depuis.
      Merci pour ce témoignage.
      Il est facile pour les statisticiens, politiques, sociologues, médias, recruteurs même, d’affirmer que les carrières ne seront jamais plus linéaires dans une vie, qu’il est urgent se remettre en question tous les huit ou dix ans. Le mettent-ils en oeuvre eux-même ? Parce que, dans la pratique, c’est quand même pas si simple.
      Par ailleurs, je n’ai jamais accepté les propositions régulières de sponsoring de mes billets à cause du principe de libre expression. Je veux pouvoir exprimer tout haut ce que tout le monde pense tout bas, de temps en temps…

  6. Bravo Laurence pour cette démarche si positive, pleine de bon sens, que tu traduis ici sous ta plume si légère et pleine d’humour. C’est un vrai délice de te lire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s