Communication et Entreprise veut réhabiliter les métiers de l’écriture

L’association Communication & Entreprise (ex UJJEF) Paris va faire paraître d’ici mai 2011 un guide de la relation indépendant/entreprise-agence, sous l’impulsion de Didier Le Gorrec, consultant et rédacteur indépendant, Président de la Commission Indépendant de l’association.

Le guide propose un canevas de bonnes pratiques dans la relation de travail qui unit le journaliste d’entreprise ou le rédacteur, avec l’agence donneuse d’ordre ou encore l’entreprise. « Promouvoir un contenu de qualité » a été le light motiv des représentants du groupe de travail, qui appartenaient aux différentes catégories en présence, agences de communication, freelance, et entreprises, tous membres de l’association.

« Le mot est aujourd’hui en danger », selon Didier Le Gorrec

Continuer la lecture de Communication et Entreprise veut réhabiliter les métiers de l’écriture

Publicités

Eternel dilemme du fond et de la forme en communication

Je me fais à nouveau cette réflexion car je viens d’être confrontée ces dernières semaines à deux projets où les attitudes clients sont complètement différentes par rapport à cet équilibre, fond et forme.

Cela faisait un petit moment que je n’avais plus vécu ce dilemme et me suis dit, que décidément, les « vieilles lunes » en communication avaient toujours la côte…

Continuer la lecture de Eternel dilemme du fond et de la forme en communication

Les obstacles à une vraie reconnaissance du métier de communicant

Hier, je m’interrogeais sur ce que pouvait signifier, dans l’esprit du grand public, le métier de communicant, trop souvent réduit à une simple expression : « faire de la pub ».

Aujourd’hui, je me pose la question de la reconnaissance de ce métier, et de son sens, puisqu’il apparait qu’il a réellement des difficultés à trouver sa place dans la pyramide des grands métiers stratégiques de l’entreprise, au contraire de la finance,  l’audit, ou la qualité par exemple. Et comme si ça ne suffisait pas, la communication se voit affliger malheureusement, sans doute en raison de ce manque de reconnaissance, d’une politique systématique de réduction des prix, qui forcément lui nuit.

Pourtant, il est acquis, hélas, que si la communication est difficilement évaluable en termes de retour sur investissements, le fait de ne pas faire de communication ou d’en faire une mauvaise, impliquent des effets souvent désastreux pour l’entreprise en question. On le sait, ceci est acté. De plus, l’alchimie des nouvelles technologies aidant, ce qui était à peu près rattrapable aussi bien en communication interne qu’externe, hier, devient ingérable avec le Web aujourd’hui (blogs, réseaux sociaux, Facebook, Twitter etc…). J’ai d’ailleurs rappelé cet aspect en relations presse notamment, dans un article : Relations Presse et Internet, le désamour ?

Continuer la lecture de Les obstacles à une vraie reconnaissance du métier de communicant

Les clichés qui ont la vie dure dans mon métier

Faire de la communication, c’est faire de la pub quoi !

Quand on m’interroge sur le métier que j’exerce, je pense, avec le temps, que je ne sais plus vraiment comment formuler les choses. Comment en suis-je arrivée là  ?  Alors que cela fait 18 ans que je pratique la communication d’entreprise ? Alors qu’on n’a jamais autant misé, parlé, encensé, dénigré  la communication dans notre société ? Alors qu’on n’a jamais autant développé les formations aux différents métiers de la communication ces 15 dernières années ? Alors qu’on n’a jamais autant disserté sur les métiers de la communication en général  ?

Continuer la lecture de Les clichés qui ont la vie dure dans mon métier

Relations presse et Internet : le désamour ?

Voilà plusieurs mois que je lis des papiers sur la difficile relation entre les Relations presse et Internet. Des sites offrent des mises en ligne de communiqués presse sans « contrôle » dirais-je…

J’entends par « contrôle » le fait qu’un communiqué puisse être publié  non par un professionnel des relations presse mais par un marketeur. Un beau métier certes, mais qui n’a strictement rien à voir avec celui qui consiste à diffuser une information objective rédigée par un professionnel de la communication presse pour les journalistes, qui en reprendront la substance pour en faire un papier « digne de ce nom ». Toute la différence est entre l’objectivité d’un côté et la subjectivité de l’autre.

Continuer la lecture de Relations presse et Internet : le désamour ?

Quel futur profil pour les free lance en communication ?

Dans le cadre de sa vocation de veille des métiers de la communication, l’UJJEF a mené une enquête sur « le profil de l’indépendant en communication de demain ». Un groupe de travail issu de la Commission des Indépendants de l’Ujjef a mené au premier trimestre 2009 cette enquête sur ce thème auprès de vingt-deux  interlocuteurs représentatifs de l’univers de la communication: agences,  entreprises, ressources humaines, écoles, prospectivistes et indépendants eux-mêmes.

Que représente aujourd’hui l’indépendant en communication ?

– une variable d’ajustement puisque le recours à l’externalisation d’une prestation a lieu lors d’un surcroît ponctuel d’activité ou pour des réalisations nécessitant des compétences « techniques » (événementiel, création graphique, éditorial, site Internet…), notamment dans un contexte budgétaire tendu.
une réponse à un besoin croissant d’expertise résultant de l’hyperspécialisation des métiers de l’univers de la communication.

Que sera l’indépendant en communication de demain ?

L’indépendant de demain est avant tout un expert multi canal et pro actif. Selon l’UJJEF, « il doit être capable de faire de la veille stratégique, du benchmark et d’anticiper les tendances ». « Il connait les nouveaux outils numériques et maîtrise l’utilisation d’une plate-forme de contenus. Dans l’opérationnel, il pose un regard neuf sur les problématiques clients et enrichit les contenus ».

L’indépendant devra savoir anticiper, conjuguer savoir faire (se spécialiser dans des domaines recherchés, intégrer  les enjeux stratégiques de l’entreprise et développer en permanence ses compétences) et savoir être (ses qualités relationnelles, sa capacité à se vendre, et à comprendre les enjeux commerciaux de son client).

L’indépendant est un singulier décliné au pluriel : s’appuyer sur un réseau, s’enrichir, se former et proposer des talents complémentaires aux clients.

En conclusion : « Les communicants indépendants de demain s’intégreront dans une dynamique de coproduction, d’ouverture et de progrès. Intelligence collective, interconnexion, agilité répondront aux attentes des agences et des organisations ». Tout un programme…


Qui sont les free lance en communication ?

Une étude menée par l’UJJEF en 2008 s’est penchée sur le profil des communiquants indépendants… une enquête a donc été réalisée auprès des adhérents indépendants dont je fais partie. Il était temps qu’on s’intéresse un peu à nous ! Penchons nous sur les résultats…

Quel est le métier du communiquant indépendant ?

Conseil en communication à 52,6 %
Journaliste d’entreprise à 50 %
Concepteur-rédacteur à 31%
loin derrière, photographe, illustrateur, directeur artistique…

Quel est le profil du communiquant indépendant ?

63% de femmes, 36% d’hommes. 26% entre 40 et 50 ans. 18% entre 30 et 40 ans. Travailleur indépendant à 68%, en portage salarial à 34%. Les indépendants ont majoritairement 15 ans d’expérience. 68% travaillent à domicile, 38% ont un bureau à l’extérieur. Les domaines d’expertise regroupent essentiellement : l’industrie et BTP, l’Éducation/Formation, les Ressources humaines, La Banque, la Finance , la Santé (entre nous, exactement les domaines où j’exerce des prestations en communication !).

Pour quels supports travaillent-ils ?

• Magazines de presse interne  : 60,5 %
• Magazines de presse externe :  65,7 %
• Newsletters internes :  55,2 %
• Newsletters externes : 50 %
• Plaquettes, rapports annuels… : 65,7 %
• Livres d’entreprise : 28,9 %
• Sites web : 65,7 %
• Presse kiosque : 18,4 %

Pour tout savoir sur l’enquête : rendez-vous le site de l’UJJEF Paris