Il faut vous former ma bonne dame !

Indépendants, nous sommes la cible inlassable des offres commerciales en tous genres...  © davis - Fotolia.com
Indépendants, nous sommes la cible inlassable des offres commerciales en tous genres…
© davis – Fotolia.com

Oui ! Pour 17 500 euros, vous avez droit au master formation diplômant manquant sur votre CV. Dynamisez votre parcours professionnel pour « tenter » de vous démarquer sur un marché de l’emploi où même les loups se mangent entre eux. A ce tarif là, j’imagine bien optimiser mon parcours. Encore que si vous voulez mon avis, par les temps qui courent, je n’y crois pas… J’ai relu le chiffre trois fois, je ne me trompe pas. Le problème n’est pas tant le montant, mais plutôt la façon de faire : balancer des annonces commerciales sur les réseaux sociaux professionnels sans s’intéresser un minimum au statut de la cible. C’est fatiguant.

Freelance, cible inlassable des offres commerciales professionnelles… Continuer la lecture de Il faut vous former ma bonne dame !

Publicités

Indépendance, un monde sans pitié ! (II)

sortir.la.tete.de.leau.2En juin 2012, je décide d’oublier mes déboires professionnels, et de repartir à zéro.

Aucun des codes que j’ai pratiqués pendant dix ans en freelance, là haut, à Lille, ne fonctionne dans ma nouvelle région d’adoption. C’est profondément déstabilisant. J’ai connu des traversées du désert – c’est le lot  des freelance – liées au rythme irrégulier de l’activité. En général, elles tombent toujours mal, ces traversées. Elles débarquent et s’incrustent dans votre vie sans vous demander la permission. On s’écrie qu’on ne nous y prendra plus, et puis la machine repart, on ne sait pas comment, ni pourquoi, mais ça repart. Très sincèrement, mes déserts ont été courts,  trois semaines tout au plus, et en général pas plus de deux fois par an. Ce qui m’a permis surtout de recharger les batteries ! Pourtant, en ce mois de juin 2012, tout est grippé, c’est la crise, vraiment. J’ai dix ans d’indépendance au compteur, je vois bien ce qui se passe. Pour un travailleur solo, la crise peut signifier la mort pure et simple de son activité, sans indemnité. Une mort dans l’indifférence générale. Les indépendants sont hors statistique de Pôle Emploi.  Ils ne se plaignent jamais. Y’a pas de case à cocher dans les formulaires administratifs.  Bienvenue dans l’envers du décor de l’entrepreneuriat individuel.

Continuer la lecture de Indépendance, un monde sans pitié ! (II)