Les obstacles à une vraie reconnaissance du métier de communicant

Hier, je m’interrogeais sur ce que pouvait signifier, dans l’esprit du grand public, le métier de communicant, trop souvent réduit à une simple expression : « faire de la pub ».

Aujourd’hui, je me pose la question de la reconnaissance de ce métier, et de son sens, puisqu’il apparait qu’il a réellement des difficultés à trouver sa place dans la pyramide des grands métiers stratégiques de l’entreprise, au contraire de la finance,  l’audit, ou la qualité par exemple. Et comme si ça ne suffisait pas, la communication se voit affligée malheureusement, sans doute en raison de ce manque de reconnaissance, d’une politique systématique de réduction des prix, qui forcément lui nuit.

Pourtant, il est acquis, hélas, que si la communication est difficilement évaluable en termes de retour sur investissements, le fait de ne pas faire de communication ou d’en faire une mauvaise, impliquent des effets souvent désastreux pour l’entreprise en question. On le sait, ceci est acté. De plus, l’alchimie des nouvelles technologies aidant, ce qui était à peu près rattrapable aussi bien en communication interne qu’externe, hier, devient ingérable avec le Web aujourd’hui (blogs, réseaux sociaux, Facebook, Twitter etc…). J’ai d’ailleurs rappelé cet aspect en relations presse notamment, dans un article : Relations Presse et Internet, le désamour ?

Continuer la lecture de Les obstacles à une vraie reconnaissance du métier de communicant

Publicités