Le statut de free, pour moi, c’est fini

brins de bl au ventJ’ai eu du mal à me décider, mais j’ai fini par tout arrêter. Je ne suis plus freelance. Même quand je n’avais pas de client, j’étais freelance.

Maintenant, je suis chômeuse entre deux contrats de formateur. Youpi ! Car ces contrats courts – la formation, une activité annexe qui prend de plus en plus d’espace – s’arrêtent avec les stages, examens etc. des étudiants, dans le supérieur. Je rejoins le bataillon des 1,2 millions de chômeurs inscrits à Pôle Emploi depuis 2012, de manière virtuelle… parce que je n’ai pas assez d’heures cumulées sur une année pour prétendre à quoi que ce soit. Mon cas ne va pas alourdir le panier national des indemnités chômage, même si je n’en ai jamais perçues de toute ma vie professionnelle…

Zéro chiffre ne veut pas dire zéro cotisation

J’ai décidé d’arrêter de payer des cotisations dans le vide, ou presque… Au risque de relancer une polémique déjà mille fois rabâchée, et oui !  Quand on acquiert le statut de libéral, ou travailleur indépendant ou TNS (travailleur non salarié), le seul qui existait quand je me suis installée à mon compte, on paie des cotisations même si le chiffre d’affaires ne rentre pas ou peu… au contraire des règles appliquées à l’auto-entrepreneuriat, par exemple. Avec le trio URSSAF, RSI, et Cipav, ce dernier s’étant fait récemment connaître dans la presse pour son impopularité légendaire. Des minimas sont imposés. Les plus lourds sont ceux de la Cipav, la retraite. Voyez plutôt : 1500 euros annuels pour une cotisation de base vous rapportant 90 euros de rente par an après 65 euh… 68 ans… Quand le chiffre rentre difficilement, il faut à tout prix échapper à ce racket ! Avec le statut auto-entrepreneur par exemple : « tant que t’as pas de chiffre, tu paies rien »… on est sensé s’appauvrir moins, mais s’il n’y a pas de chiffre, quel que soit le statut, c’est la descente aux enfers. Il y a deux poids deux mesures en France et maintenant, je sais de quoi je parle ! Les salariés d’un côté, les travailleurs solos de l’autre. J’aurai pu écrire, pudiquement, comme on l’entend dans les interview ou comme on le lit dans les magazines : « j’ai arrêté mon activité pour des raisons personnelles ». Ca me fait sourire, ce genre d’excuse. Et bien non, j’affiche la couleur, c’est tout.

Une activité en pointillé depuis plusieurs années

Depuis plusieurs années, le métier de communicante que j’aimais exercer est devenu de plus en plus difficile, pour moi, mais j’ai connaissance aussi de freelance au travail de qualité dans leur partie qui souffrent également : crise, compression des budgets, changement de région, de mentalité, concurrence déloyale avec des prestations bradées, sous-traitées, bâclées, petits arrangements entre amis, low cost généralisé… à la longue, c’est devenu usant, presque davantage pour mon moral que pour mes finances d’ailleurs ! La rédaction professionnelle par exemple, j’entends par là la rédaction avec la connaissance et la maîtrise des techniques journalistiques, qui était le fer de lance de mon activité, est attaquée de toutes parts : 1. ça n’intéresse plus grand monde…. il suffit de se balader sur le web, dans les copies des étudiants qui ont passé le Bac, pour constater à quel point le niveau grammatical et orthographique en français, ne serait-ce que le niveau, est lamentable 2. les entreprises préfèrent s’en remettre aux compétences internes (je le comprends aisément, mais quand la rédaction est bien indigente, parce que déléguée à des amateurs dans le domaine, il ne faut pas venir pleurer qu’on a mis beaucoup de sous dans un site web qui ne rapporte pas assez, ou qui est mal positionné sur les moteurs de recherche, par exemple…) 3. les professionnels de l’écriture, dont je fais partie, sont concurrencés par les tarifs des plates formes du nord de l’Afrique (le Maroc entre autre…), qui alignent des prix qui n’ont aucun sens chez nous, avec les charges à payer en France, et le salaire que l’on espère  retirer de notre activité. 4. enfin, certains professionnels eux mêmes bradent les tarifs de leurs prestations… ils trouvent forcément preneurs…

La vie en free, c’est une expérience unique, parfois ratée ou triomphante, souvent inégale, comme la mienne, qui s’est caractérisée par un décollage en flèche après des débuts très difficiles, et un délitement sournois. Ma vie en free c’était des rencontres et des projets, des idées et de la créativité, des tremblements de terre et des traversées du désert, une vie à 100 à l’heure, des week-end sacrifiés à la pelle et des sourires clients qui vous les font oublier, des prises de tête et des casse tête, une solidarité à nulle autre pareille entre indépendants, des attentes et des flops mais jamais de regrets (un truc qu’on ne vit que quand on est free), des réussites justifiées, parfois inattendues, et des remerciements…

Bon vent à tous les free !

 

Publicités

Il faut vous former ma bonne dame !

Indépendants, nous sommes la cible inlassable des offres commerciales en tous genres...  © davis - Fotolia.com
Indépendants, nous sommes la cible inlassable des offres commerciales en tous genres…
© davis – Fotolia.com

Oui ! Pour 17 500 euros, vous avez droit au master formation diplômant manquant sur votre CV. Dynamisez votre parcours professionnel pour « tenter » de vous démarquer sur un marché de l’emploi où même les loups se mangent entre eux. A ce tarif là, j’imagine bien optimiser mon parcours. Encore que si vous voulez mon avis, par les temps qui courent, je n’y crois pas… J’ai relu le chiffre trois fois, je ne me trompe pas. Le problème n’est pas tant le montant, mais plutôt la façon de faire : balancer des annonces commerciales sur les réseaux sociaux professionnels sans s’intéresser un minimum au statut de la cible. C’est fatiguant.

Freelance, cible inlassable des offres commerciales professionnelles… Continuer la lecture de Il faut vous former ma bonne dame !

Communication et Entreprise veut réhabiliter les métiers de l’écriture

L’association Communication & Entreprise (ex UJJEF) Paris va faire paraître d’ici mai 2011 un guide de la relation indépendant/entreprise-agence, sous l’impulsion de Didier Le Gorrec, consultant et rédacteur indépendant, Président de la Commission Indépendant de l’association.

Le guide propose un canevas de bonnes pratiques dans la relation de travail qui unit le journaliste d’entreprise ou le rédacteur, avec l’agence donneuse d’ordre ou encore l’entreprise. « Promouvoir un contenu de qualité » a été le light motiv des représentants du groupe de travail, qui appartenaient aux différentes catégories en présence, agences de communication, freelance, et entreprises, tous membres de l’association.

« Le mot est aujourd’hui en danger », selon Didier Le Gorrec

Continuer la lecture de Communication et Entreprise veut réhabiliter les métiers de l’écriture

Vivre des métiers de l’écriture sur Internet est-il devenu un luxe ?

Les offres de missions proposées aux rédacteurs Web qui s’égrainent sur Internet donnent le ton : un papier de 1500 à 3000 caractères est payé aux alentours de 50 euros, parfois même 20 euros… TTC. Est-ce que ces offres continuent d’avoir un sens ? Rédacteur pour le Web, un nouveau métier, à l’avenir déjà compromis ?

Continuer la lecture de Vivre des métiers de l’écriture sur Internet est-il devenu un luxe ?

Quand un freelance rencontre un autre freelance via Internet

Laurence m’a envoyé un email, il y a une bonne quinzaine de jours, enthousiasmée, en m’expliquant qu’elle avait trouvé mon site sur le Web et que mon positionnement de free lance correspondait à ce qu’elle avait en tête pour elle même.

Laurence habite dans le sud de la France (ça me fait rêver, mais je m’en rapproche de ce fichu sud, puisque je déménage à 550 km de Lille, presque en droite ligne, pour rejoindre Tours d’ici six bons mois) et ne sera pas une concurrente directe (et quand bien même…).

Nous avons fait connaissance après quelques échanges de mails, et oui, cette sudiste connait le nord : Amiens, Roncq, Wasquehal et Lille bien sûr qu’elle classe à part, et elle a bien raison ! Lille, comme capitale régionale, est un peu déconnectée des autres villes de l’agglomération tant par son architecture, son plan de circulation (au secours le racket des automobilistes !), que par sa population, ses services, et ses prix ! (et oui, un petit noir prix au bar du café du coin a le même prix à Paris qu’à Lille et l’immobilier continue de flamber, comme à Paris. Il faut être très argenté pour vivre dans le centre de Lille).

Laurence a une belle expérience dans le BTP de directrice de communication, entre autres, et elle cherche aujourd’hui un nouveau souffle dans sa carrière. L’indépendance la tente bien. Nous avons discuté à battons rompus de tout : de notre positionnement, des tarifs en freelance, pas de tabous, du comportement des clients, du type de structures à démarcher, du statut à choisir, de la définition de la communication, de l’idée que ce font les autres de notre métier de communicant d’entreprise, et ce n’est pas fini, nous nous donnerons d’autres rendez-vous téléphoniques !

Ainsi, un premier bel échange, qui m’a fait du bien dans mon univers de freelance après huit jours passés au vert.

Un consultant externe missionné au long cours par un client : l’art de rester indépendant


Abordons le sujet du freelance qui se voit confier une mission au long cours par un client dans son métier, dont il devient littéralement le chef d’orchestre. C’est assez régulier. Il est tentant de penser que que de percevoir des revenus réguliers, comme un salarié, est idéal… En fait, cette situation peut créer une dépendance pour le freelance, si l’on ne cadre pas les choses tout de suite.

Car ne nous y trompons pas, un client qui demande à un freelance de gérer l’ensemble des aspects de ses dossiers dans un domaine d’activité (la communication, la formation, l’informatique…), vous substitue à une charge salariale interne, en prenant beaucoup moins de risques (financier et de personnel), que s’il s’agissait d’une embauche.

Le travail sera toujours bien fait puisque vous avez une conscience professionnelle supérieure : installé à votre compte, il vous est interdit de décevoir.

On appelle cela « externaliser » des dossiers, des projets, une prestation. Jamais externaliser un poste de travail d’ailleurs. Il s’ensuit parfois, avec le temps, un certain flou artistique dans l’étendue de la prestation, qui peut transformer la mission chef d’orchestre en mission énergivore.

Continuer la lecture de Un consultant externe missionné au long cours par un client : l’art de rester indépendant

Quel futur profil pour les free lance en communication ?

Dans le cadre de sa vocation de veille des métiers de la communication, l’UJJEF a mené une enquête sur « le profil de l’indépendant en communication de demain ». Un groupe de travail issu de la Commission des Indépendants de l’Ujjef a mené au premier trimestre 2009 cette enquête sur ce thème auprès de vingt-deux  interlocuteurs représentatifs de l’univers de la communication: agences,  entreprises, ressources humaines, écoles, prospectivistes et indépendants eux-mêmes.

Que représente aujourd’hui l’indépendant en communication ?

– une variable d’ajustement puisque le recours à l’externalisation d’une prestation a lieu lors d’un surcroît ponctuel d’activité ou pour des réalisations nécessitant des compétences « techniques » (événementiel, création graphique, éditorial, site Internet…), notamment dans un contexte budgétaire tendu.
une réponse à un besoin croissant d’expertise résultant de l’hyperspécialisation des métiers de l’univers de la communication.

Que sera l’indépendant en communication de demain ?

L’indépendant de demain est avant tout un expert multi canal et pro actif. Selon l’UJJEF, « il doit être capable de faire de la veille stratégique, du benchmark et d’anticiper les tendances ». « Il connait les nouveaux outils numériques et maîtrise l’utilisation d’une plate-forme de contenus. Dans l’opérationnel, il pose un regard neuf sur les problématiques clients et enrichit les contenus ».

L’indépendant devra savoir anticiper, conjuguer savoir faire (se spécialiser dans des domaines recherchés, intégrer  les enjeux stratégiques de l’entreprise et développer en permanence ses compétences) et savoir être (ses qualités relationnelles, sa capacité à se vendre, et à comprendre les enjeux commerciaux de son client).

L’indépendant est un singulier décliné au pluriel : s’appuyer sur un réseau, s’enrichir, se former et proposer des talents complémentaires aux clients.

En conclusion : « Les communicants indépendants de demain s’intégreront dans une dynamique de coproduction, d’ouverture et de progrès. Intelligence collective, interconnexion, agilité répondront aux attentes des agences et des organisations ». Tout un programme…